Enquête sur le Parmesan et le Grana Padano

L’excellence italienne fondée sur la souffrance animale

CIWF a mené durant l’été 2017 une enquête sur la face cachée de deux fromages italiens célèbres : le Parmesan et le Grana Padano. Des vaches qui n’ont aucun accès au pâturage, surexploitées, émaciées et parfois blessées et attachées : la triste réalité de produits qui se veulent de qualité.

Zéro pâturage pour ces vaches

Cette enquête a été tournée par les équipes de CIWF Italie dans 9 fermes de la région de la vallée du Pô qui fournissent du lait pour le Parmesan et le Grana Padano. Nos images montrent dans quelles conditions est produit le lait utilisé pour ces fromages exportés dans le monde entier. On y voit des animaux émaciés, amenés à la limite de leurs forces, parfois blessés, sans jamais avoir accès au pâturage. Dans certains élevages, il n'y a pas assez de place pour toutes les vaches et les plus faibles doivent s'allonger sur du béton dur recouvert d'excréments.

La France : 1er importateur de Parmesan

Ces vaches sont les outils d’une industrie en plein essor dont le chiffre d'affaires annuel avoisine les 5 milliards d'euros. Le Parmesan et le Grana Padano qui sont produits par deux consortiums, mobilisent à eux seuls près de 40% de la production de lait italienne. Environ 40% de la production de ces deux fromages est exporté, notamment vers la France qui est le premier importateur de Parmesan au monde.

Marketing versus réalité

La stratégie de communication de ces deux fromages est fondée sur le “Made in Italy”, la qualité et la tradition ; mais dans les cahiers des charges ne figurent aucune mention de bien-être animal ou d’accès au pâturage. Dans le cahier des charges de Grana Padano, il est indiqué que 75% de l’herbe fournie aux vaches doit provenir de la région. Mais il n’est pas indiqué que les vaches doivent avoir accès au pâturage. Elles restent donc dans la grande majorité des élevages enfermées toute leur vie et l’herbe leur est apportée dans les étables. Et il en est de même pour les Parmesan et Grana Padano bio. De plus, ces vaches sont nourries pour moitié de céréales et de soja OGM, cause de déforestation en Argentine et au Brésil.

Donnons aux vaches accès au pâturage et améliorons leurs conditions de vie !

Interpellez les consortiums

Agissez

 

Interpellez les deux consortiums qui produisent le Parmigiano Reggiano et le Grana Padano.

 
 
 

 

 

 
   
 
 

L’excellence italienne fondée sur la souffrance animale

CIWF a mené durant l’été 2017 une enquête sur la face cachée de deux fromages italiens célèbres : le Parmesan et le Grana Padano. Des vaches qui n’ont aucun accès au pâturage, surexploitées, émaciées et parfois blessées et attachées : la triste réalité de produits qui se veulent de qualité.

Zéro pâturage pour ces vaches

Cette enquête a été tournée par les équipes de CIWF Italie dans 9 fermes de la région de la vallée du Pô qui fournissent du lait pour le Parmesan et le Grana Padano. Nos images montrent dans quelles conditions est produit le lait utilisé pour ces fromages exportés dans le monde entier. On y voit des animaux émaciés, amenés à la limite de leurs forces, parfois blessés, sans jamais avoir accès au pâturage. Dans certains élevages, il n'y a pas assez de place pour toutes les vaches et les plus faibles doivent s'allonger sur du béton dur recouvert d'excréments.

La France : 1er importateur de Parmesan

Ces vaches sont les outils d’une industrie en plein essor dont le chiffre d'affaires annuel avoisine les 5 milliards d'euros. Le Parmesan et le Grana Padano qui sont produits par deux consortiums, mobilisent à eux seuls près de 40% de la production de lait italienne. Environ 40% de la production de ces deux fromages est exporté, notamment vers la France qui est le premier importateur de Parmesan au monde.

Marketing versus réalité

La stratégie de communication de ces deux fromages est fondée sur le “Made in Italy”, la qualité et la tradition ; mais dans les cahiers des charges ne figurent aucune mention de bien-être animal ou d’accès au pâturage. Dans le cahier des charges de Grana Padano, il est indiqué que 75% de l’herbe fournie aux vaches doit provenir de la région. Mais il n’est pas indiqué que les vaches doivent avoir accès au pâturage. Elles restent donc dans la grande majorité des élevages enfermées toute leur vie et l’herbe leur est apportée dans les étables. Et il en est de même pour les Parmesan et Grana Padano bio. De plus, ces vaches sont nourries pour moitié de céréales et de soja OGM, cause de déforestation en Argentine et au Brésil.

Donnons aux vaches accès au pâturage et améliorons leurs conditions de vie !

Interpellez les consortiums