Exportations vers la Turquie : cruelles et illégales

La France est le 1er exportateur européen d’animaux vers la Turquie. Pourtant, les enquêtes dévoilent à chaque fois les terribles conditions de transport de ces animaux, en violation de la réglementation européenne. Demandez la fin de ce commerce cruel.

En juin 2016, 109 camions ont été inspectés par nos partenaires Animal Welfare Foundation, Eyes on animals et Tierschutzbund Zurich à Kapikule, à la frontière entre la Turquie et la Bulgarie. Les animaux venaient de différents pays d’Europe (France, Allemagne, Estonie, Italie, Lituanie…). Les images sont insoutenables. Et les violations de la règlementation sont quotidiennes et quasi-systématiques. Pourtant, ni la Commission européenne, ni les États membres n'interviennent. Pire, en ce moment-même, la France négocie avec les autorités turques pour développer ce commerce.

Attention ce film contient des images choquantes

Bloqués à la frontière turque pendant souvent plusieurs jours, les animaux restent enfermés dans les camions ayant servi à leur périple, piétinant leurs excréments, respirant l’ammoniac qui s’en dégage. Les températures peuvent atteindre 38°C et les systèmes d’abreuvement ne sont souvent pas adaptés ou souillés. Les animaux malades ou blessés sont abandonnés à leur propre sort. Ceux succombant sont laissés tels quels au milieu de leurs congénères.

Durant cette semaine d’enquête, cinq femelles gestantes ont donné naissance à leur petit dans les camions. L’un d’entre eux n’a pas survécu. La mère non plus. Les images très choquantes montrent l’agonie de cette vache qui subit une césarienne en pleine rue. Après avoir tenté de la remettre dans le camion, sans même avoir été recousue, elle a finalement été égorgée à côté du camion, pleinement consciente.

Ces conditions sont illégales au regard de la législation européenne. Nous alertons régulièrement les autorités françaises et européennes. Personne n’intervient. Nous devons maintenir la pression. Ecrivez au Ministre de l’Agriculture pour lui demander de faire cesser les exportations d’animaux vivants vers la Turquie !

AGIR

2010 – 2015, cinq ans d’enquête à la frontière turque

Une enquête exceptionnelle

Pendant cinq ans, nos partenaires Tierschutzbund Zurich, Animal Welfare Foundation et Eyes on animals ont inspecté à la frontière turque plus de 350 camions bondés, transportant des bovins et des ovins élevés en Europe et destinés à être abattus, engraissés ou utilisés pour la reproduction en Turquie. Le résultat de l’enquête est alarmant : 89% des camions transportant des animaux français étaient en infraction à la législation européenne.


Des souffrances intolérables

Le constat est sans appel et les images révèlent une souffrance que l’on peine à envisager.

  • Les camions, avec les animaux à bord, restent bloqués à la frontière pendant des jours, voire plus d’une semaine, en plein soleil et sous des températures souvent caniculaires.
  • Les véhicules sont souvent mal équipés, provoquant des blessures ou rendant impossible pour les employés de fournir de l’eau en quantité suffisante aux animaux.
  • Les animaux, déjà éprouvés par le manque d’espace et la chaleur, souffrent de la faim et de la soif et de l’accumulation des excréments, si bien qu’ils sont parfois forcés de les manger.
  • Beaucoup d’animaux sont malades et certains meurent avant de passer la frontière, dans les pires souffrances. Leurs corps ne sont souvent même pas retirés des camions.
  • Finalement, épuisés ou blessés, ils sont parfois frappés, trainés par les pattes…

Des violations autorisées par nos représentants

Ces conditions de transport sont illégales au regard de la législation européenne. Les autorités françaises et européennes sont au courant de ces problèmes, mais ne font rien. Pire, la France continue d’approuver ces exportations et souhaite même les renforcer.

Merci d’écrire au Ministre de l’Agriculture Stéphane Travert pour lui demander de faire cesser les exportations d’animaux vivants vers la Turquie.

AGIR

Envoyez un mail

Merci d’écrire au Ministre de l’Agriculture pour faire cesser les exportations d’animaux en Turquie.

Lire
 
 

 

 
   
 
 

La France est le 1er exportateur européen d’animaux vers la Turquie. Pourtant, les enquêtes dévoilent à chaque fois les terribles conditions de transport de ces animaux, en violation de la réglementation européenne. Demandez la fin de ce commerce cruel.

En juin 2016, 109 camions ont été inspectés par nos partenaires Animal Welfare Foundation, Eyes on animals et Tierschutzbund Zurich à Kapikule, à la frontière entre la Turquie et la Bulgarie. Les animaux venaient de différents pays d’Europe (France, Allemagne, Estonie, Italie, Lituanie…). Les images sont insoutenables. Et les violations de la règlementation sont quotidiennes et quasi-systématiques. Pourtant, ni la Commission européenne, ni les États membres n'interviennent. Pire, en ce moment-même, la France négocie avec les autorités turques pour développer ce commerce.

Attention ce film contient des images choquantes

Bloqués à la frontière turque pendant souvent plusieurs jours, les animaux restent enfermés dans les camions ayant servi à leur périple, piétinant leurs excréments, respirant l’ammoniac qui s’en dégage. Les températures peuvent atteindre 38°C et les systèmes d’abreuvement ne sont souvent pas adaptés ou souillés. Les animaux malades ou blessés sont abandonnés à leur propre sort. Ceux succombant sont laissés tels quels au milieu de leurs congénères.

Durant cette semaine d’enquête, cinq femelles gestantes ont donné naissance à leur petit dans les camions. L’un d’entre eux n’a pas survécu. La mère non plus. Les images très choquantes montrent l’agonie de cette vache qui subit une césarienne en pleine rue. Après avoir tenté de la remettre dans le camion, sans même avoir été recousue, elle a finalement été égorgée à côté du camion, pleinement consciente.

Ces conditions sont illégales au regard de la législation européenne. Nous alertons régulièrement les autorités françaises et européennes. Personne n’intervient. Nous devons maintenir la pression. Ecrivez au Ministre de l’Agriculture pour lui demander de faire cesser les exportations d’animaux vivants vers la Turquie !

AGIR

2010 – 2015, cinq ans d’enquête à la frontière turque

Une enquête exceptionnelle

Pendant cinq ans, nos partenaires Tierschutzbund Zurich, Animal Welfare Foundation et Eyes on animals ont inspecté à la frontière turque plus de 350 camions bondés, transportant des bovins et des ovins élevés en Europe et destinés à être abattus, engraissés ou utilisés pour la reproduction en Turquie. Le résultat de l’enquête est alarmant : 89% des camions transportant des animaux français étaient en infraction à la législation européenne.


Des souffrances intolérables

Le constat est sans appel et les images révèlent une souffrance que l’on peine à envisager.

  • Les camions, avec les animaux à bord, restent bloqués à la frontière pendant des jours, voire plus d’une semaine, en plein soleil et sous des températures souvent caniculaires.
  • Les véhicules sont souvent mal équipés, provoquant des blessures ou rendant impossible pour les employés de fournir de l’eau en quantité suffisante aux animaux.
  • Les animaux, déjà éprouvés par le manque d’espace et la chaleur, souffrent de la faim et de la soif et de l’accumulation des excréments, si bien qu’ils sont parfois forcés de les manger.
  • Beaucoup d’animaux sont malades et certains meurent avant de passer la frontière, dans les pires souffrances. Leurs corps ne sont souvent même pas retirés des camions.
  • Finalement, épuisés ou blessés, ils sont parfois frappés, trainés par les pattes…

Des violations autorisées par nos représentants

Ces conditions de transport sont illégales au regard de la législation européenne. Les autorités françaises et européennes sont au courant de ces problèmes, mais ne font rien. Pire, la France continue d’approuver ces exportations et souhaite même les renforcer.

Merci d’écrire au Ministre de l’Agriculture Stéphane Travet pour lui demander de faire cesser les exportations d’animaux vivants vers la Turquie.

AGIR